L’anxiété calmée grâce à 5 phrases-clés

31.03.2016

L’alliée des professionnels épanouis au travail -

 

Vous connaissez quelqu’un qui souffre d’anxiété et aimeriez l’aider? Voici 5 phrases-clés à ajouter à votre vocabulaire pour soutenir la personne anxieuse et atténuer votre sentiment d’impuissance face à cette situation.

 

Tout d’abord, sachez que l’anxiété est une forme de tension mentale désagréable et accaparante dont la cause n’est apparemment pas identifiable. La personne qui en souffre n’est pas nécessairement consciente de l’impact que ses phobies peuvent avoir sur son entourage, mais celles-ci peuvent affecter ses fonctions au travail de même que la vie de toutes les personnes qui l’entourent.

 

 

1- « Qu'est-ce qui te fait réagir ainsi? »

La pire des peurs concerne ce que l’on ne connaît pas. Dans son blogue sur Psychology Today, Tom Wootton, auteur spécialisé en santé mentale, écrit : « la combinaison de peur et d’ignorance est si puissante que beaucoup de gens pensent que l’anxiété n’est qu’un mot de plus pour désigner l’ignorance… Mais lorsqu’on comprend la peur et le rôle qu’elle joue dans notre cas, on peut en faire un outil plutôt que de la laisser nous détruire ».

 

Si vous prenez le temps d’aider la personne à se questionner lorsque les situations se produisent, vous l’aiderez à identifier l’élément anxiogène déclencheur dans son quotidien. Par la suite, il lui sera plus facile d’établir des stratégies pour régler ces périodes de tension plus intenses.

 

2- « Aimerais-tu qu'on le fasse ensemble? »

On accepte facilement d’ajuster sa façon d’être avec un enfant qui apprend à marcher ou à écrire. Acceptez d’ajuster vos attentes face à l’exposition des stimuli phobogènes soutiendra la personne anxieuse. Le fait de ne pas se savoir seule pourra l’aider à reprendre confiance en elle sans pour autant la forcer à le faire.

 

Pendant cette période, évitez de minimiser l’importance des malaises psychologiques et physiques : « essaie de ne pas t’en faire, relaxe, laisse-toi aller, ne te fais pas avec ça, tu prends les choses trop à cœur, tu t’en fais trop… ». Ce genre de paroles ne peut qu’enfoncer la personne dans son anxiété.

Reconnaissez plutôt toutes les traces d’amélioration sans comparer à un quelconque standard. Encouragez-la à continuer, car il est important que la vie ne soit pas organisée en fonction des peurs de la personne et félicitez-la comme un athlète qui s’entraîne pour les Jeux olympiques.

 

3- « Je trouve que tu prends très bien soin de toi!»

Les personnes anxieuses sont inquiètes du jugement des autres et de leurs critiques. En étant positif et en encourageant les efforts que la personne fait pour régler ses craintes, vous lui apportez la valorisation dont elle a besoin pour poursuivre sa guérison.

 

Même si les peurs ne sont que des pensées, les émotions, elles, sont réelles. Encourager la personne à chercher de l’aide professionnelle et, au besoin, à ne pas hésiter à avoir recours à des médicaments pourra l’aider à  surmonter l’anxiété. Votre soutien peut également être au niveau d’organiser la vie de la personne pour qu’elle trouve le temps de s’investir dans une démarche pour prendre des décisions pour son futur ou au niveau d’activités physiques pour canaliser son énergie (comme le yoga ou un sport). L’activation des neurotransmetteurs aura ainsi un effet à long terme sur la santé globale (physique et mentale), mais parfois il peut être compliqué d’instaurer de nouvelles activités dans une routine.

 

4- « Si tu souhaite parler de ton anxiété, je t'écouterais volontiers»

Votre silence empathique vous aidera à mieux comprendre cette personne. Comme son nom l’indique, la présence que vous offrirez à cette personne sera le « présent » le plus précieux que vous pourrez lui offrir. De plus, si elle accepte de se confier à vous, vous pourrez identifier des façons de mieux l’aider par la suite. Évitez de demander ce que vous pouvez faire à une personne anxieuse. Celle-ci pourrait craindre de vous déranger ou que vous la jugiez négativement. En écoutant bien ce qu’elle vous dit, vous pourrez proposer l’aide dont elle a vraiment besoin sans pour autant prendre la responsabilité de la « guérison » de son trouble anxieux.

 

Même si ses pensées peuvent vous sembler exagérées, évitez de critiquer, juger ou même de vous moquer de ce que vit la personne anxieuse et des décisions qu’elle prend. La personne qui se confie est en voie de guérison et n’aura pas peut-être pas les mêmes éléments d’analyse que vous. Acceptez-la dans son évolution personnelle, et informez-vous régulièrement sur les caractéristiques du trouble, son évolution et les traitements appropriés. En montrant de la constance dans le soutien apporté (mais sans importuner), elle y trouvera un réconfort qu’aucun médicament ou mantra ne pourra lui procurer…

 

5- « Il n'y a rien qui presse! »

Rien de pire que de demander à quelqu’un d’anxieux de se dépêcher à guérir… Reconnaissez que ça peut prendre du temps et laissez-lui le droit de prendre son temps. Si elle s’était cassé un membre, son corps prendrait quelques mois pour guérir. C’est la même chose au niveau de la santé mentale. En étant flexible sur sa date de guérison, vous lui laissez l’espace nécessaire pour mettre en place des stratégies pour mieux apprivoiser les situations qui ont pris des dimensions surréelles dans son esprit. Essayez de maintenir un fonctionnement normal pendant cette période tout en diminuant vos attentes par rapport à elle.

 

Le plus important c’est de prendre la personne telle qu’elle est. Exprimez de la gentillesse à son égard, soyez à son écoute et surtout, à l’écoute de ses silences. L’attention que vous lui apporterez sera sans contredit la meilleure façon de montrer votre confiance dans ses capacités pour s’en sortir

Please reload

Posts à l'affiche

21 questions pour faire le point de votre vie

04.09.2019

1/10
Please reload

Posts Récents